Profitant de la célébration des 50 ans de l’ISTR, ce colloque (7-8 juin 2017) voudrait retracer les grandes dynamiques religieuses du demi-siècle écoulé, repérer des césures historiques, des priorités, des réponses théologiques et pastorales avant d’aborder sous un angle critique l’acuité de la question de l’interprétation des sources conciliaires du dialogue interreligieux.


Il y a 50 ans, la fondation de l’Institut de Science et Théologie des Religions de Paris répondait aux souhaits du Concile Vatican II de promouvoir la connaissance des religions non-chrétiennes rencontrées dans les pays de mission et l’étude du fait religieux. Cet enseignement devait souligner la dimension historique et dialogale de l’Église avec le monde.

Depuis 50 ans, la mission de l’ISTR a été dans un premier temps de mobiliser les sciences des religions afin de mieux préparer clercs et laïcs chrétiens aux transformations sociales et aux dynamiques religieuses afférentes, et de développer une théologie des religions à même de porter un regard théologique dialogal sur le pluralisme religieux. Dans un deuxième temps, l’institut a encouragé l’ouverture progressive aux chrétiens et non-chrétiens à travailler ensemble pour un même idéal, la construction d’une société caractérisée par une estime et une reconnaissance de la croyance de l’autre. Le dialogue est celui des théologies où à partir d’une question sociétale, extérieure à nos traditions, chaque religion est amenée à esquisser et élaborer un regard propre.

La programmation de nos formations ce demi-siècle durant est représentative des grandes questions qui ont traversé les sciences et la théologie des religions. Mais pour certains, le contexte ayant changé, le monde est à une remise en cause du dialogue voire de l’ouverture à l’autre. Comment interpréter du point de vue théologique ce phénomène ? Quel regard porter sur la critique du dialogue interreligieux ? Le fondamentalisme religieux serait-il un nouveau signe des temps ?

Profitant de la célébration des 50 ans de l’ISTR, ce colloque voudrait retracer les grandes dynamiques religieuses du demi-siècle écoulé, repérer des césures historiques, des priorités, des réponses théologiques et pastorales avant d’aborder sous un angle critique l’acuité de la question de l’interprétation des sources conciliaires du dialogue interreligieux.

PROGRAMME : lien

INSCRIPTION : lien