FERRARI Alessandro Pays : Italie - Langue : français, 2018
géopolitique

Conférence de Alessandro FERRARI lors du second Congrès international de PLURIEL à Rome.

La présence musulmane en Europe et un pluralisme plus visible dans la rive Sud de la Méditerranéenne donnent un rôle nouveau au droit de liberté religieuse en tant qu’instrument d’intégration et de gestion des sociétés plurielles contemporaines. En particulier, les tensions liées à la gestion d’un pluralisme qui semble menacer les équilibres sociétales traditionnels, tant au Nord comme au Sud, remettent en lumière la nature politique essentielle du droit de liberté religieuse en tant qu’instrument dans les mains des états-nations pour la sauvegarde de l’ordre public et de leur primauté.
Les transformations du droit contemporain de liberté religieuse, devenu plus fonctionnel à l’encadrement collective-institutionnel qu’à la garantie des instances individuelles, réduisent les distances entre les deux rives en permettant un regard comparé aux leurs droits de liberté religieuse et aux leurs parcours d’intégration citoyenne.
Cette intervention traitera quatre points principaux :

1. Le rapport entre lutte pour la liberté religieuse et lutte pour une citoyenneté active dans les deux rives ;
= La revendication, au Nord comme au Sud, de la jouissance, sur un plan d’égalité, du même droit de liberté religieuse garanti aux groupes « plus établis » corresponde à une revendication de citoyenneté pleine. Par conséquent, le débat sur la liberté religieuse assume des contenus qui vont bien au-delà de sa dimension spécifique et traditionnelle.

2. Les dynamiques principales des droits de liberté religieuses dans les deux rives ;
= Dans la rive Nord la jouissance du droit de liberté religieuse par les musulmans devient l’occasion pour un processus d’ « ecclésiasticisation » des communautés musulmanes. Cela va amorcer un processus d’autonomisation destiné à produire ses effets aussi dans la rive Sud où les espaces juridiques nationaux, ainsi que les sphères publiques, sont de plus en plus sensibles au cadre globalisé.

3. Les transformations demandés aux musulmans en Europe et aux chrétiens dans la rive Sud pour participer activement à ce processus de « participation citoyenne »;
= Au Nord les musulmans sont appelés à démontrer leur « loyauté » envers les acquis de la modernité politique pour accéder à une pleine citoyenneté publique. Au Sud les chrétiens sont appelés à accepter le pari de la sortie de leur privatisation autonomique pour jouer un rôle politique plein.

4. Le rôle joué par les dialogues intra-religieux, œcuménique et interreligieux dans ce processus ;
= Ces processus demandent un débat intra-religieux (entre différents groupes musulmans et chrétiens et entre leurs « laïcats » et « clergés »); œcuménique (au Nord le rôle des églises et des communautés chrétiennes pour la liberté religieuse des musulmans et au Sud en faveur des communautés religieuses non enregistrées) et inter-religieux (pour une liberté religieuses et une citoyenneté partagées et, donc, pour retrouver les intersections qui puissent faciliter la convergences des différents groups religieux autour les piliers fondamentaux du « vivre ensemble »).